Sous un soleil (très) timide, nous partons à la découverte du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou dédié à la culture kanak. Situé entre l’aéroport de Magenta et le Golf de Tina, il est facilement accessible en voiture (5-10 minutes du centre de Nouméa) ou en transport en commun (ligne 40, l’arrêt se trouve juste devant l’entrée du site).

centre culturel tjibaou

Que peut-on y voir ?

Dans une ambiance paisible et en pleine nature, les multiples facettes de la culture kanak d’hier et d’aujourd’hui se dévoilent. Mêlant paysages verdoyants, sculptures kanak, cases typiques et structures architecturales réussies, le centre se veut avant tout pédagogique. L’idée est de transmettre les valeurs et le savoir faire kanak aux visiteurs, et il faut avouer que c’est plutôt réussi. Les espaces extérieurs sont envoûtants et très bien documentés, l’intérieur des bâtiments regorge d’informations concernant le patrimoine kanak et ses diverses formes artistiques, sans oublier une rétrospective complète sur l’identité kanak à part entière et son histoire complexe qui en découle. Vous l’avez sans doute remarqué en parcourant les photos, les bâtiments du centre culturel possèdent une ligne originale créée par l’architecte Renzo Piano, à qui l’on doit notamment le Centre Pompidou de Paris. Son objectif fut de reprendre les formes architecturales ancestrales de la culture kanak et de les mêler à l’architecture moderne. Les « cases » inspirées de l’architecture kanak traditionnelle sont de hauteurs et de surfaces différentes et donnent un aspect inachevé qui rappelle que la culture kanak est toujours en devenir

centre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaou

Jean-Marie qui ?

Tjibaou ! Né en 1936 sur le territoire, il a pratiquement consacré sa vie entière à la défense de la culture identitaire kanak (et de son indépendance), notamment avec l’organisation du festival Mélanésia 2000 dans les années 70. Il ancrera encore plus ses convictions dans une carrière politique qui le mènera à la vice présidence du Conseil du gouvernement de Nouvelle Calédonie. Malheureusement, il est assassiné en 1989 par un indépendantiste opposant à Ouvéa. C’est donc tout un symbole qui prend le nom de ce magnifique lieu de savoir, de rencontre et de partage. Sa statue veille sur le site en scrutant l’horizon tout en haut d’une colline (accessible facilement à pieds).

centre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaoucentre culturel tjibaou

Informations pratiques

Horaire d’ouverture : du mardi au dimanche de 9h à 17h

L’entrée est payante : 500F par adulte et 200F par enfant de moins de 18 ans ou plus de 65 ans et cartes étudiante, apprenti, demandeur d’emploi)

Le site officiel : http://www.adck.nc/

Noter cet article

VOUS AVEZ AIMÉ NOTRE ARTICLE ? VOUS POUVEZ LE PARTAGER !