Aaaaah Nouméa, son soleil, ses baies, ses différents quartiers … et sa circulation. On ne peut pas vraiment dire que la capitale soit optimisée pour le trafic routier, ce qui occasionne souvent des bouchons interminables qui peuvent vite devenir lassants. La solution ? Le scooter !

Pourquoi rouler en deux roues ?

Si vous habitez la capitale calédonienne depuis quelques temps, vous avez sans doute remarqué que pendant les heures de pointe (ou même toute la journée) la circulation est souvent saturée. Et encore, nous habitons et travaillons sur Nouméa, je n’imagine même pas ceux qui doivent emprunter la SAV tous les jours pour sortir/entrer dans la capitale. Je suis certain qu’il existe de nombreux raccourcis ou alternatives aux grands axes de la ville, mais c’est un vrai labyrinthe ! Difficile de se familiariser avec les petites rues après une dizaine de mois sur place. C’est alors que vous êtes coincé dans un bouchon interminable depuis 15 minutes et que vous voyez passer à côté de vous un scooter qui remonte la file de voiture en quelques secondes … C’est tentant non ? Moi, c’est ce qui m’a motivé aussi ! Au delà de l’aspect pratique sur la route, le scooter est aussi une bonne solution pour réduire sa consommation d’essence et stationner plus facilement.

N’y connaissant pas grand chose en matière de deux roues et n’ayant pas le permis moto (A), deux solutions se sont présentées : le cyclomoteur (50cm3) ou le scooter à 3 roues. Il fallait donc déterminer mes usages (essentiellement trajet domicile-travail) ainsi que la charge du scooter (avec passager ou non). D’abord convaincu par un 50cm3 (principalement pour des  raisons de budget), j’ai vite changé d’avis en pensant que le 3 roues était la meilleure solution : j’avais peur de manquer de puissance, surtout si nous étions à deux Norine et moi sur le scooter. Malgré tout, le facteur budget a eu raison de mes envies puisque je suis aujourd’hui propriétaire d’un petit cyclomoteur de 50cm3 au look rétro que j’aime beaucoup (Sym Mio 50).

Il est encore trop tôt pour livrer un verdict complet (l’article sera sans doute mis à jour dans quelques semaines) mais les premières impressions sont plutôt bonnes ! Même si je l’utilise pour le moment sans passager, le scooter est d’une puissance raisonnable et possède un minimum de reprise (en tout cas plus que je m’y attendais). Certaines montées sont un peu plus dures à franchir mais la plupart du temps je peux rouler entre 45 et 60km/h, ce qui me semble largement suffisant (et autorisé :p) pour circuler dans Nouméa.

En revanche, certains détails ne sont pas à négliger. La dernière fois que j’ai conduit un deux roues remonte à une bonne dizaine d’années lors de sorties à la campagne dans les bois. Rien à voir avec une circulation urbaine au milieu d’un trafic dense. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on se sent très petit face aux voitures (surtout avec les gros 4×4/pickup). Il faut donc redoubler de vigilance et apprendre de nouveaux réflexes ! Faites attention aux nids de poules qui peuvent être dévastateurs pour vous même ou votre machine, regardez autour de vous constamment, ne collez pas le véhicule qui vous précède (par sécurité et pour ne pas respirer le pot d’échappement).

Type de scooter et permis

Pour faire simple, vous avez le permis B (voiture) mais pas le A (moto) : vous pouvez conduire un cyclomoteur de 50cm3 maximum ou un scooter 3 roues homologué pour le permis B. Je vous invite à rouler avec une grande prudence pour vos premiers voyages, n’hésitez pas appréhender le véhicule sur un parking vide pour ne pas vous mettre en danger ou créer un accident, surtout si vous n’avez jamais touché un guidon de votre vie ! On n’y prête pas forcément attention quand on roule en voiture, mais les réflexes et sensations ne sont pas du tout les mêmes sur la route lorsque on est sur deux roues …

Pour les 125cm3, il me semble que certains permis B obtenus il y a longtemps (année 80 ou 90) possèdent le petit tampon qui permet de les conduire, mais cela reste rare. Quoi qu’il en soit, si vous n’avez pas ce fameux tampon il faudra faire une formation auprès d’une auto école pour l’obtenir. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de passer une formation uniquement pour les 125cm3, autant passer le permis moto (A) directement sachant qu’il ne coûte pas excessivement plus cher et qu’il vous permettra de rouler sur tous types de deux roues. Par ailleurs, si vous séjournez en Nouvelle-Calédonie pendant un petit moment, profitez en pour passer ce permis même si vous n’en avez pas l’utilité immédiatement, les tarifs sont beaucoup moins chers qu’en métropole : à partir de 65 000F environ.

Louez avant de vous décider !

Un deux roues ne s’achète pas sans réflexions. C’est pourquoi je vous invite à bien vous renseigner sur le type de motorisation, de conduite, d’homologation, de permis, etc. Et si vous souhaitez tester le véhicule avant tout achat, rapprochez vous d’une agence de location pour vous faire une idée pendant une semaine par exemple. Je vous conseille d’aller faire un tour chez Nouméa Riders, situé près de la Baie de l’Orphelinat juste à côté du restaurant l’Inédit. Le gérant, très sympathique, propose plusieurs types de location : 50, 125, T.MAX, routières, Harley, etc.

Où acheter ?

Sur Nouméa, il existe plusieurs magasins spécialisés dans les deux roues. Je ne les connais pas forcément tous (n’hésitez pas à nous donner vos bonnes adresses en commentaires) mais en voici quelques uns :

Par ailleurs, n’oubliez pas les petites annonces de Annonces.nc ainsi que les sociétés de location qui renouvellent souvent leurs parcs (tous les 12 à 18 mois environ). Il est donc probable que vous trouviez la bonne affaire à ce moment ! C’est ce qui s’est passé pour moi : je cherchais un modèle précis de 50cm3 et c’est un peu par hasard que j’ai appris que Nouméa Riders en vendait 2 d’occasion (1 an et demi de circulation pour 7-8000km environ) dont 1 exactement de la couleur que je voulais ! Coup de chance 😉

Combien ça coûte ?

Etant donné que je me suis simplement intéressé aux deux roues homologués pour le permis B (voiture), je peux uniquement vous donner les tendances de prix concernant les 50cm3 ainsi que les 3 roues (de 300 à 500cm3). Concernant les 50cm3, les marques présentes sur le territoire sont nombreuses : MBK, Peugeot, Sym, etc. Les premiers prix en neuf seront aux alentours de 200 000F. Les modèles plus évolués ou plus esthétiques (comme le mien) démarrent à 280 000F environ. Comptez 80 000F à 100 000F de moins pour des modèles d’occasion (suivant l’état bien entendu).

Pour des modèles 3 roues, beaucoup plus puissants (et qui vous permettent de rouler légalement sur la SAV), je n’ai repéré qu’une seule marque pour le moment : Piaggo et son modèle « MP3 ». Comptez tout de même près de 1 200 000F pour un modèle neuf. Les occasions commencent à 600 000F environ. Soyez réactif car ce genre de scooter est très recherché et reste peu de temps en vente. A cela, n’oubliez pas de rajouter tout l’équipement nécessaire pour rouler : casque (15 – 20 000F minimum), antivol, vêtements de pluie, sac à dos, etc.

Assurance

Une fois votre deux roues en mains, n’oubliez pas de l’assurer comme il se doit avant de vous lancer sur la route ! A titre d’exemple, nous sommes chez Groupama GAN pour un contrat d’assurance d’un 50cm3 (vol + incendie + tiers, soit le minimum) pour un montant de 25 000F environ (sans bonus/malus). Nous avions également fait un devis pour un scooter 3 roues de 400cm3 : 45 000F l’année environ. Proportionnellement à la puissance du moteur, les petits scooters de 50cm3 seront toujours plus coûteux à assurer en raison des statistiques élevées d’accidents et de vols. Je ne peux donc que vous conseiller de faire plusieurs devis et de comparer les tarifs auprès de différents assureurs. Et si vous avez la flemme, n’hésitez pas à contacter Stéphane, un courtier en assurance, sur son site : ncap.nc

Carte grise

Tout comme lorsque vous achetez une voiture d’occasion, il faudra penser à faire changer votre carte grise dans les 15 jours suivant l’achat du deux roues. Attention, les tarifs ont augmenté depuis le 1er février 2016. Pour un scooter de 50cm3, comptez 3000F de frais. Retrouvez toutes les informations utiles sur le site de la DITTT. Les bureaux se trouvent à la Vallée du Tir face à la Maison du Pneu.

Rouler toute l’année en scooter ?

C’est la grande question que je me pose ! Il me parait difficile de rouler sur un cyclomoteur tous les jours de l’année, ne serait ce que pour des questions d’ordre pratique (courses, déplacement hors de Nouméa, etc.). Je pense que le deux roues est un excellent moyen de transport en complément d’une voiture, sans toutefois pouvoir la remplacer. Le côté économique de la consommation de carburant est vraiment appréciable (environ 500F pour un plein qui dure une dizaine de jours, qui dit mieux ?). Enfin, il faut réussir à trouver la motivation lorsque la météo n’est pas favorable, rouler sous la pluie n’est pas vraiment agréable, et surtout plus dangereux.

N’hésitez pas à partager vos expériences en la matière dans les commentaires !

Informations pratiques

Direction des Infrastructures, de la Topographie et des Transports Terrestres (DITTT)
1 Bis Rue Edouard Unger
98800 NOUMEA

Téléphone : +687 28 03 00

Noter cet article

Se déplacer en scooter à Nouméa
4.5 (90%) 8 votes

VOUS AVEZ AIMÉ NOTRE ARTICLE ? VOUS POUVEZ LE PARTAGER !